La vue et les sports d’hiver

L’hiver est bel et bien arrivé, avec la neige au rendez-vous…

J’ai trouvé cet article très intéressant qui reprend tout ce qu’il faut savoir pour bien préparer son séjour :

La protection en question…
On le sait, les conditions en montagne sont exigeantes : l’action des UV, moins filtrés par l’atmosphère, y est beaucoup plus forte et accentuée par la neige, qui réfléchit 85% des UV, ainsi que par l’altitude – la quantité d’UV augmente de 4% par tranche de 300 m.
Les infrarouges, nocifs à partir de 3500 mètres, constituent également un risque. A l’enjeu de la protection UV et infrarouge s’ajoute celui de la protection physique des yeux,
plus exposés aux traumatismes sur les pistes que dans la vie de tous les jours.
‘’Les traumatismes des yeux représentent plus de 10% des accidents les plus fréquents dans les urgences des hôpitaux et les lésions aux yeux, contrairement à d’autres parties du corps, sont très souvent permanentes’’, indique Gilles Demetz.

La performance visuelle, enjeu majeur
L’importance de bien voir pour bien pratiquer n’est plus à démontrer. 80% des informations traitées par le cerveau passent par la vue. ‘’Une bonne vue est déterminante pour la maîtrise du corps, le contrôle de la vitesse, la synchronisation des mouvements, et surtout, la capacité d’anticipation et de réaction face à un obstacle, pour éviter l’accident !’’, souligne Gilles Demetz. Au-delà du confort, il s’agit bien d’une préoccupation sécuritaire, pour le pratiquant lui-même et pour les autres. C’est pourquoi l’AsnaV recommande aux skieurs, snowboarders et autres adeptes de la luge, du boardercross ou du freestyle de porter un équipement optique adapté, tant à leur vue qu’à leur niveau de pratique et aux conditions extérieures (luminosité, intempéries, relief…) susceptibles de restreindre la vision.

Allier protection et performance visuelle, avec quel équipement ?

Les montures
Les montures en métal, dangereuses en cas de chute, sont naturellement à proscrire. ‘’Les montures à recommander sont en plastique résistant aux chocs (TR90 ou nylon), de forme enveloppante pour une protection optimale et un champ de vision maximal, avec une forme assez haute pour une bonne vision tête baissée, en position schuss par exemple, et, si possible, des coques latérales de protection amovibles pour le vent ou la neige’’, explique Gilles Demetz. Il convient également de privilégier la légèreté, de veiller à un bon maintien sur le visage, grâce à des sangles en remplacement des branches ou aux embouts des branches, et de s’assurer de la présence d’un système d’aération pour éviter la formation de buée.

Les verres
’Il est important de rappeler au pratiquant que c’est la matière du verre qui filtre les UV et non la teinte, qui protège seulement de l’éblouissement. Le consommateur ne le sait pas toujours…’’, indique Gilles Demetz qui recommande pour la montagne des verres de catégorie 4, de couleur brune, en polycarbonate de préférence. ‘’Le brun augmente les contrastes et les reliefs, contrairement au gris. Le polycarbonate est léger, incassable et accessible en prix. Les verres minéraux, plus lourds, peuvent être intéressants néanmoins pour une protection infrarouge plus forte’’, commente-t-il. Les verres polarisés apportent également un plus sur la neige, à ceci près qu’ils réduisent la visibilité des plaques de verglas. Les traitements ‘flash miroir’, prisés pour leur côté esthétique, permettent quant à eux d’augmenter de 3 à 4% la protection contre la luminosité (un verre de catégorie 3 passe ainsi en catégorie 4). Verres plans ou correcteurs, les recommandations sont les mêmes, les programmes des fabricants permettant aujourd’hui d’appliquer aux deux catégories les mêmes options et traitements.

Les masques
Cette catégorie d’équipements, qui a fait l’objet d’innovations importantes, est la plus prisée des pratiquants. ‘’De plus en plus de gens en portent parce que c’est très confortable et que le champ visuel est maximal’’, révèle Gilles Demetz. Un bon masque doit offrir une mousse épaisse de qualité, un double écran ainsi qu’un bon système d’aération pour éviter la condensation, et être compatible avec le port du casque. L’intérêt du masque, ce sont aussi les écrans interchangeables, qui permettent de s’adapter aux conditions extérieures et d’avoir toujours une vision claire. Les écrans photochromiques ou photochromiques polarisés sont également intéressants. Le masque permet en outre de skier avec ses lunettes de vue (masque sur-lunette) et peut se transformer en masque correcteur au moyen d’un kit optique : ‘’Le kit Opticob se fixe très simplement sur 90% des masques existants’’, précise Gilles Demetz, concepteur du système.

Monture avec verres adaptés, masque ou pourquoi pas des lentilles sous les lunettes ou le masque, l’équipement optique du skieur ou du snowboarder doit donc présenter un certain nombre de spécifications pour remplir sa double mission de protection et de performance visuelle. En cette période de Jeux Olympiques, où la compétition et le sacre des champions suscitent de nouvelles vocations et leur lot d’imprudences, en particulier chez les jeunes, l’AsnaV engage les opticiens et tous les professionnels de la vue, en stations comme en plaine, à dispenser largement, conseils à l’appui, ce message de prudence : pour augmenter sa sécurité sur les pistes ou dans les snowparks, il faut porter un équipement optique adapté et le choisir avec la même attention que sa tenue ou son matériel de ski !

*Fabricant spécialiste en lunettes de sport correctrices

Vente de lunettes solaires et masques de ski, attention à l’information client obligatoire !
Conformément à la législation, lunettes solaires et masques de ski doivent être revêtus du marquage CE, accompagnés d’une notice d’information client mentionnant le nom et l’adresse du fabricant, et comporter l’indication de la classe de protection. Les fabricants, distributeurs et détaillants doivent tenir à la disposition des consommateurs et des agents chargés du contrôle la déclaration de conformité CE, la notice d’information et l’attestation d’examen CE. Depuis le 1er juillet 2010, la non-présentation de ces documents est passible d’une contravention de 5ème classe, soit une amende pouvant aller jusqu’à 1500 euros.
http://www.economie.gouv.fr/dgccrf/Publications/Vie-pratique/Fiches-pratiques/Lunettes-de-soleil

*Étude de l’Université de Toronto et Harvard Medical School portant sur 10 saisons de la National Hockey League USA
Recueillie par l’Observatoire des Enjeux de la Vision www.visionimpactinstitute.org

http://asnav.org/les-sports-dhiver-et-la-vue/

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s